Des étudiants en sciences ont testé leurs expériences sur leurs camarades... celles-ci n'ont pas toujours donné le résultat souhaité. Oups !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Behind the door [ Michelle ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeSam 29 Nov - 18:25

Le soir s'apprêtait à tomber sur Philadelphie. En cette période de novembre, le soleil se couchait de plus en plus tôt pour laisser le campus dans les ténèbres. Dehors les éléments se déchainaient, la pluis torrentielle se déversait sur les étudiants qui s'empressaient de rentrer dans leur résidence, en courant, leurs sacs vainement portés au dessus de leur tête pour s'abriter. Alexander se fraya un chemin aussi vite que possible jusqu'à la résidence Einstein. Le ciel prenait des couleurs rose et mauve. Il ne prit pas le temps de l'admirer, il se dirigea directement dans sa chambre. Malgré sa vitesse incroyable, son dernier cours était à l'autre bout de cette zone du campus et il avait donc du subir la folie de la pluie. Son jean avait pompé l'eau par capillarité et sa paire de converse méritait un séchage intensif.
Il jeta son sac dans un coin de la pièce pour le laisser s'égoutter en paix.
Il passa une main de ses cheveux et soupira. Il était fatigué : il avait eu une longue journée de cours dont la moitié le laissaient complètement indifférent. Il enleva prestement ses converses pour ne pas laisser de traces humides dans tout la chambre et les laissa sécher après avoir précautionneusement placé un torchon par dessous.
Il sortit ses syllabus de son sac. Ils étaient indemnes. Il soupira et les rangea sur une armoire. Il balaya la pièce du regard. Aucun signe de Logan ni de Terrence. Logan était sans doute chez Evelyn quant à Terrence... Dieu seul sait où il pouvait se cacher.
Bon Alexander n'allait pas se plaindre : la présence de ses deux colocs avait tendance à l'agacer.

Il frisonna et augmenta le chauffage. Non seulement c'était le déluge mais en plus le froid était mordant. Il alla dans la salle de bain, se débarassa de sa veste et ses autres vêtements qu'il posa sur la radiateur et prit une douche bien méritée. L'eau chaude qui lui coulait sur le visage et sur le corps le réchauffa. Comme c'était doux et agréable ! La chaleur recommenca à irradier dans tout son corps. Après 10 minutes de douche à 45 degrés, c'était la moindre des choses. Ensuite il s'essuya et épongea par la même occasion la flaque d'eau qu'il avait produite. Le miroir et l'unique petite fenêtre de la salle de bain étaient recouvertes de buée. Alexander enfila des vêtemens secs et une bonne paire de chausettes. Il avait retrouvé sa température normale, tout de suite il se sentait mieux, il avait plus d'énergie. De retour dans la pièce principale il alluma la chaîne hi-fi d'un geste et y placa un de ses CD de Dashboard Confessional pour avoir un fond sonore. Il adorait faire ça, surtout quand il était seul. Alexander avait beau être un fêtard de premier ordre, quand le temps n'était pas à la fête il appréciait le fait de rester chez soi...surtout quand vos deux colocs sont en vadrouille ! Il toucha le radiateur du bout des doigts : il était chaud. La pièce avait retrouver une température normale et agréable. Alexander chantonna et alla s'asseoir le dos contre le radiateur, le livre survivant de "Windows on the world" entre les mains. Il reprit sa lecture quand un bruit étouffé l'interrompit.

Quelqu'un venait de frapper à la porte. Il n'attendait personne. Alexander supposa aussitôt que ce devait être Logan ou bien Terrence. Quoiqu'ils n'auraient pas frappés, étant donné que la porte était ouverte. Curieux il posa sa main sur la poignée pour ouvrir. Pendant une seconde il espéra que ce fut Michelle. Il chassa cette pensée de son esprit. Pourquoi serait-elle venue le voir ? Elle n'avait aucune raison. Il se souvint douloureusement de ce jour à l'amphithéâtre et de la surprise de Dante. Il ferait mieux de ne pas se faire d'illusions, il avait la facheuse tendance de trop penser à elle ces temps-ci. La nuit, il élaborait des plans pour qu'elle...pour qu'elle, non c'était même ridicule à penser. Elle s'était déjà faite une idée sur lui, il ne pourrait rien avoir entre eux, quoi qu'il pouvait espérer.
Donc il ouvrit la porte et la personne qui se tenait devant lui, trempée comme une souche lui fit écarquiller les yeux. Il ne s'attendait pas à ça...mais alors pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeLun 1 Déc - 17:22

    Je n'avais pas vu Terrence depuis une éternité . A vrai dire, nous nous étions très soigneusement évité depuis des semaines déjà . Depuis cette entrevue gênante au restaurant universitaire, plus rien . Je devais admettre que j'étais fautive, je n'étais pas coopérative mais j'étais tellement mal à l'aise en sa présence . Et pourtant quand j'y réfléchissais je ne comprenais pas pourquoi . Je ne trouvais pas Terrence attirant, pas maintenant quand j'y pensais . Quand j'étais près de lui en revanche, c'était une toute autre histoire . Bref, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que tout ça était vraiment du gâchis, c'était presque mon frère après tout . Ainsi je me dirigeai vers la résidence Einstein, mes pieds me menant là où j'allais rarement . Pourtant, la décision de faire ce chemin n'avait pas exactement été murement réfléchi . Pas involontaire mais presque .

    J'avais eu cours tout l'après-midi, trois longues heures . Je ne sais pas ce qui m'arrivait ces derniers temps mais les heures où je devais rester enfermer en classe paraissaient inlassablement s'étirer. J'aimais les cours en règle générale pourtant, je n'étais pas la plus douée, ou la plus studieuse des élèves mais j'étais quand même relativement attentive la plupart du temps . Sauf qu'en ce moment, je manquais de concentration, j'étais toujours un peu distraite . Je me surprenais à laisser vagabonder mon esprit sur un terrain miné qui envisageait mille choses auxquelles je n'aurais même pas du penser tellement ces rêves étaient ridicules . Les cours s'étaient terminés provoquant un immense soulagement . Alors que je quittais le bâtiment des sciences, j'avais cependant eu une drôle d'impulsion . Au lieu de continuer mon chemin jusqu'à mon lieu d'habitation j'avais bifurqué sur un coup de tête vers la résidence Einstein . J'avais simplement pensé 'Pourquoi pas ?' avant de laisser mes jambes m'entraîner . J'avais failli faire demi tour au moins 50 fois, puis avait trouvé l'idée de faire marche arrière ridicule après avoir parcouru une bonne partie du trajet . Maintenant que je m'étais plus ou moins décidée autant continuer .

    La pluie frappa alors, sans surprendre personne . A Philadelphie, en cette saison, c'était les jours sans pluie qui se faisaient rare . Alors que je remarquais que tout le monde se précipitaient soudain et s'abriter, je profitais . La pluie me détendait étrangement, elle n'était tout d'abord pas très forte, je l'aurais même qualifié d'agréable . Je vis pas mal de filles soucieuses de leur cheveux se presser quand la pluie s'intensifia légèrement . Je fis une petite grimace, je n'arrivais pas vraiment à avoir de telles considérations, j'aurais peut-être du m'inquiéter de mes cheveux en bataille qui commençaient à être mouillés . Je ne m'étais jamais vraiment inquiété de mon apparence, et il y avait de grandes chances pour que ça ne change pas . Je pressai quand même le pas quand la pluie devint trop forte pour être supportable et arrivai dans le hall d'entrée de la résidence, un peu plus trempée que les autres, qui avaient tous usés de parapluie et s'étaient dépêchés depuis un moment déjà de rentrer . Je ne m'en préoccupai pas vraiment, et commençai à monter dans les étages à la recherche de la chambre de Terrence . J'empruntai deux fois les mauvais couloirs avant de finalement suivre une bonne piste qui m'amena devant cette porte .

    Comme j'aurais du m'y attendre, je ressentis soudain une bouffée d'appréhension et restai un temps devant la porte, me mordant la lèvre inférieure, hésitante . Peut-être que c'était une mauvaise idée . Après tout, il y avait une bonne raison pour que Terrence et moi nous évitions l'un l'autre . Je levai finalement mon minuscule point, sourcils froncés, dans un geste qui m'apparaissait presque courageux et le cognais trois fois contre la porte . Je rebaissai immédiatement ma main dans la poche de ma veste encore très mouillée, qui recouvrait un gilet à fermeture éclair ouvert sur un débardeur blanc en coton . Mes cheveux gouttaient légèrement, je devais vraiment avoir une drôle d'allure . J'attendis devant la porte attendant une réaction, un bruit, avec l'envie dévorante de partir en courant .

    Et puis enfin, la poignée se baissa et j'inspirai profondément tandis que la porte s'ouvrait . Je relevai les yeux, rivés alors sur mes vieilles converses, vers celui qui venait de m'ouvrir et oubliai de respirer en l'identifiant . Une minute, je me demandai si mes yeux finalement si puissants avaient des ratés ou si je devenais complètement folle, et si le visage si parfait que j'avais trop souvent en tête m'apparaissait telle une hallucination plus vraie que nature . Je cachais difficilement ma surprise et mes yeux allèrent directement vers ceux de mon interlocuteur inattendu, et faillis sourire . Non, je ne pouvais pas rêver avec tant de détails ces yeux là même si j'avais l'impression de bien les connaître . Me rendant soudain compte du laps de temps qui s'écoulait je secouais très légèrement la tête, dans un mouvement quasi imperceptible et détournai le regard pour pouvoir penser correctement . Je re-jetais un rapide coup d'oeil vers Alexander Shivers qui me faisait face pour m'assurer que je n'hallucinais vraiment pas, puis vint finalement à des conclusions plus rationnelles . Il me fallut quelques secondes de plus avant de pouvoir articuler quoi que ce soit d'intelligible :
    _ Hum... J'ai dû me tromper ... lachai-je avec encore plus de maladresse que d'ordinaire . J'avais du me tromper de chambre, trop distraite sans doute . Mes yeux vrillèrent sur le haut de la porte qui portait le numéro de la chambre . Non, je n'avais pas fait d'erreur . Alors comment était-il possible que ce soit lui qui soit ? Terrence le détestait, sans doute autant qu'Alex détestait celui qui était censé être mon meilleur ami .

    Je regardai à la fois intriguée et fascinée l'adonis, auprès duquel je me retrouvai à nouveau contente de savoir que le froid était un bon protexte à mes joues sans doute rougissantes en cet instant . Non je ne rêvais pas, il était là, et un sentiment bien plus fort et agréable commençait peu à peu à noyer le malaise que je ressentais d'habitude à ses côtés .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeLun 1 Déc - 20:27

Et bien ce n'était ni Terrence, ni Logan, ni les mêmes les personnes qui avaient l'habitude de traîner dans la résidence Einstein. C'était Michelle...La dernière personne qu'il se serait attendu à voir ici. Son coeur fit un bond et enchaîna la marche rapide. Il se serait pinçé pour le croire. Michelle...Il resta sans voix, se contentant de la contempler comme si elle n'était qu'une illusion, un délire de son imagination. Ses cheveux marron et mouillés encadraient son visage si agréable et il eut l'occasion de se perdre un moment dans la profondeur de ses yeux. C'était beaucoup trop réel pour être un mirage. Seulement il ne savait que dire de peur que cette image s'évanouisse. Les lèvres d'Alexander s'étirèrent en un léger sourire, c'était automatique.

Son mirage ouvrit la bouche pour parler, sa voix mal assurée et maladroite sonnait comme un carillon dans sa tête. Il revint à la réalité brutalement. Elle c'était trompée ? Comment ? Alors elle ne venait pas le voir lui, mais qui alors ? La réponde fusa presque automatiquement dans son esprit : Terrence. Il fronça les sourcils de manière presque imperceptible et baissa les yeux. Terrence. Il était ami avec Michelle soi-disant. Pour Alexander, être ami avec l'homme au sex-appeal surdéveloppé quand on est une fille, c'est comme être sa petite copine ! Ce qu'il pouvait le détester. Là à l'instant il rêva de pouvoir étrangler son concurrent et de le voir agoniser...


-Ah ? Tu es sûre ?

Apparement ce n'était pas lui qu'elle venait voir. Il en était profondément déçu et frustré. Il la regarda encore fois et ce sentiment de rancoeur envers son colocataire laissa place à autre chose. Au diable Terrence ! Alexander la vit lever les yeux sur le numéro. Non elle ne s'était pas trompée... Elle ne s'attendait sûrement pas à le trouver ici. C'était réciproque à la différence qu'Alexander appréciait la surprise. Même si elle ne lui était pas destinée.
Il ouvrit la porte plus grand


-Tu ne veux pas entrer 5 minutes ? Tu es...trempée

Il lui adressa un sourire tendre pour la convaincre. C'était la moindre des politesse essaya-t-il de se persuader. Un fait était pourtant certain il voulait qu'elle reste. Ne serait-ce que pour lui parler, normalement enfin... d'arrêter d'éviter la conversation d'une manière aussi grossière alors qu'il existait une tension indéniable entre eux. Enfin c'était ainsi qu'Alexander l'avait pressenti. Quoiqu'il aurait pu se contenter de la regarder mais ca aurait pu paraître bizarre. Non en fait il était vraiment désireux de savoir si elle avait changé d'avis ou si elle conservait cette image de lui. Alexander se demandait si elle était capable de percevoir l'effet qu'elle produisait sur lui. Parfois il s'agissait d'un profond malaise, parfois d'une joie excessive. Il lui semblait être à la merci de ses propres pulsions... Elle avait cet air si innocent et intimidé et pourtant Alexander aurait aimé la percer à jour. Elle était une énigme, mystérieuse. Il voulait la connaître un peu plus et comprendre d'où venait cette attraction qu'il éprouvait pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeMar 2 Déc - 20:19

    Qu'est-ce que c'était ? Quelle espèce de chance l'avait remis sur mon chemin ? Etait-ce seulement une chance ? A cet instant précis je vous aurais dit oui, sans hésitation . Le voir, le savoir si près, tout ça provoquait des choses bien trop agréables en moi . Je contemplais toujours Alexander quand il eut un air presque renfrogné, il baissa les yeux privant alors les miens de ce qu'ils aimaient le plus . Est-ce que ça recommençait ? Est-ce que c'était mon interruption qui le contrariait ? Mes pupilles s'affolèrent légèrement et je l'imitai, les baissant à mon tour . Ne rêve pas Michelle, à quoi tu t'attendais ? J'avais envie de me moquer de moi-même mais en même temps j'étais triste . J'avais pourtant cru qu'il était content de me voir lorsqu'il avait sourit . Ou peut être que j'interprétais tout de travers, comme souvent .

    Et puis je me dis qu'il avait peut être mal pris ce que j'avais dit . Je me suis trompée . Non mais quelle imbécile, j'aurais du être encore plus désagréable . Je me rendis compte de ce que je venais dire quand il me demanda confirmation . Après avoir vérifié le numéro sur la porte en revanche je savais que j'étais au bon endroit . Pendant un long moment, j'avais complètement oublié pourquoi j'étais venu ici à la base . Mon corps entier, pourtant trempé, s'était simplement réchauffé en découvrant Alex derrière cette porte . Je n'avais pu penser à rien d'autre qu'à lui et moi à quelques centimètres l'un de l'autre . Je revins finalement sur terre, intriguée mais ravie .
    "_ Je croyais juste que c'était la chambre de Terrence ..." Terrence ? J'avais jusqu'à oublié son nom quelques secondes plus tôt . Mais plus rien ne comptait maintenant, plus rien de ce que j'avais eu l'intention de faire ne semblait avoir de l'importance maintenant . "De toute évidence, il y a eu méprise quelque part..." Et tant mieux, pensais-je sans oser le regarder . Oui, heureux hasard, parce que je n'aurais jamais osé faire ça par moi-même .

    Je fus si agréablement surprise par l'attitude du Dieu vivant devant moi ensuite, que j'en eus le souffle légèrement coupé . Il releva les yeux et j'en fus comme soulagé, j'avais passé tant de temps à fuir ces prunelles merveilleuses et maintenant j'avais l'impression qu'elles me manquaient quand elles n'étaient pas posées sur moi . Mes lèvres s'étirèrent involontairement en un sourire quand je constatai qu'il ouvrait la porte un peu plus grand et qu'il me proposa d'entrer. Non, il ne me détestait pas, je ne le repoussais pas . Il voulait que je reste . Ca n'aurait pas du me faire autant plaisir . Je le regardais alors et son sourire qui me désarmait un peu plus chaque fois suffit à me convaincre . Mon coeur avait déjà un peu flanché de toute façon . Mais mon cerveau me rattrapa vite . En effet, j'étais assez mouillée, et je m'apprêtais à rentrer dans la chambre du garçon qui m'avait complètement chamboulé depuis la première fois que je lui avais parlé . J'hésitais un instant .

    Les battements de mon coeur s'accélérèrent légèrement quand je m'approchais d'un pas pour passer la porte . Je repensais à ce que m'avait dit Irina . Devais-je prendre le risque ? Je savais que si je passais plus de temps avec lui, seule de surcroît, je ne pourrais résister à ce que mon coeur savait déjà depuis longtemps . Je baissais la tête en passant près de lui pour finalement passer la porte . J'inspirais profondément en découvrant la chambre . Elle était assez spacieuse et il y avait trois lits, j'étais tellement habitué à vivre seule, que j'en oubliais presque parfois que la plupart des autres étudiants vivaient à plusieurs . Je me sentis idiote et presque triste en repérant des affaires de Terrence . Comment avais-je pu ne pas savoir qu'il avait Alexander pour colocataire ? Comment ces deux-là pouvaient-ils cohabiter? Je me demandais ce que penserait mon meilleur ami en me voyant ici, il détesterait savoir que j'appréciais autant celui qu'il voyait comme son ennemi . A y réfléchir, c'était toujours Terrence qui m'avait parlé de qui était Alex', et pas vraiment en bien . Mais personne ne m'avait jamais dicté qui je devais fréquenter ou pas . Je restais dos à mon hôte surprise pendant un instant sachant le trouble qui m'envahirait quand je me retrouverais à nouveau face à lui, dans la chaleur de la chambre, et non dans un environnement impersonnel tels ceux dans lesquels nous nous étions parlés avant .

    Finalement, j'expirais à fond et me retournais, légèrement gênée forcément . Je m'aperçus de mon silence, mais je savais en quelque sorte qu'il le comprenait . J'avais des fois l'impression que nos regards en disaient bien plus longs que nos mots .
    "_Merci," tentai-je quand même par politesse . "Le pluie est plutôt forte, même pour moi..." ajoutai-je comme pour justifier ma présence ici . J'avais tellement de mal à y croire . A croire qu'il voulait être avec moi comme je voulais être avec lui . Je le regardais et mes traits s'adoucirent encore .
    Je retirais avec précaution ma veste très humide mais la gardait à la main hésitant à la poser quelque part, je ne voulais pas mettre de l'eau partout où déranger quoique ce soit . J'avais toujours les yeux plantés vers ceux d'Alex' comme si j'avais besoin qu'ils me rassurent, ce moment avait un côté tellement irréel . Comme il serait cruel qu'on me réveille de ce rêve ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeMer 3 Déc - 18:43

L'image de Michelle devant sa porte n'était donc pas un rêve mais une opportunité inespérée. Elle était si loin et pourtant si proche ! Son visage il l'avait déjà revu, pareil pour ses yeux mais l'expression de son visage était plus ou moins inédite, ce léger sourire...magnifique. Il le lui rendit, même si ce n'était surement pas pour le voir, il était ravi qu'elle soit là. Bien sûr sa déception il l'avait ressenti comme un coup de poignard cruel, ce faux espoir réalisé et par la suite réduit de nouveau à néant. Pourtant rien ne l'empêchait de tenter sa chance. Ils étaient si proche, a chaque seconde Alexander espérait que la distance s'amenuise, aussi bien mentalement que physiquement. Au nom de Terrence, Alexander réprima son envie de lever les yeux aux ciel et de soupirer. Maudit soit-il ! Alexander, les lèvres pincées, esquissa un sourire un peu amer.


-Non,non. Tu ne t'es pas trompée Terrence loge bien ici

Donc non seulement il était obligé de tolérer la présence de cet énergumène dans son espace vital et toutes les groupies qui allaient avec mais en plus....en plus de tout il avait fallu que ce soit l'ami de Michelle. Un ami très proche, si pas son meilleur ami. Elle était la meilleure amie du mec physiologiquement irrésistible. Pourquoi fallait-il que tout tourne au désastre ? C'était sans doute une question de karma.

-...Mais il est absent pour l'instant, désolé

Il n'était pas désolé au contraire. Malgré tout il pouvait le remercier d'avoir mené Michelle jusqu'ici. Son apparition relevait du divin. Terrence lui aurait au moins rendu un infime service, mais il ne comptait pas lui être redevable, loin de là. D'ailleurs Terrence aurait sans doute formellement interdit à Alex de s'approcher de Michelle, pensant qu'il nourissait envers les mêmes pensées que pour n'importe quelle autre fille. Alexander était persuadé qu'il se tromperait. Quand il lui proposa d'entrer elle sourit. Cela eut pour conséquence un nouveau bond du coeur d'Alexander. C'était troublant la manière dont elle...lui apportait comme une sorte de chaleur interne rien que par sa présence. Il priait silencieusement pour qu'elle accepte, ne serait-ce qu'une dizaine de minutes... Il se contenterait de l'unité de temps la plus infime juste pour contempler ses yeux et peut-être un autre sourire. Bien sûr, au moment précis où elle approcha pour passer la porte, il résista à l'envie de la toucher. Cette fille exercait sur lui une attraction dont elle ne semblait pas avoir conscience. Etait-ce une bonne chose ? Peut-être était-ce mieux qu'elle l'ignora. Une fois qu'elle fut à l'intérieur, il poussa simplement la porte pour la fermer,s'y attardant de précieuses secondes,hésitant à se retourner pour avoir le choc de la voir dans sa propre chambre.

Quand il se retourna il la regarda avec un sourire, et sans prononçer un mot il sembla qu'une sorte de communication s'établissait entre eux. Peut-être comprenait-elle finalement.
Alexander était ravi qu'elle soit entrée, toujours avec un sourire relevant presque de la béatitude sur les lèvres,il lui répondit :


-Oui ! Un vrai déluge !Il élcata d'un léger rire, ce qui parut un peu surréaliste dans cette situation.

- D'ailleurs, tu veux une serviette pour te sécher les cheveux ? demanda-t-il doucement

Leurs yeux se croisèrent et il lui sourit avec douceur.La température dans l'appartement était assez élevée, mais il ne pouvait pas faire l'impasse sur les cheveux mouillés de Michelle. Elle ôta sa veste et la tint dans le vide cherchant temporairement des yeux un endroit où la poser. Alexander s'approcha et lui prit la veste des mains. Se faisant, ses doigts rencontrèrent furtivement les siens. Cela eut l'effet d'une décharge électrique, leurs regards se heurtèrent à nouveau. Alexander avait conscience d'où cela le conduirait. Pourtant il semblait s'en foutre éperdument. Il contempla en silence ses prunelles d'un vert-bleu envoûtant avant de revenir sur terre et de déposer la veste de Michelle sur le radiateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeVen 5 Déc - 0:40

    Je ne me sentais pas mal à l'aise dans cette chambre, plutôt tendue quand même . Alexander m'avait confirmé que Terrence vivait bien là, avec lui donc, si je comprenais bien . Mon ami était absent, tant pis et . . . tant mieux . Alex' quant à lui n'avait absolument pas l'air désolé non plus, j'avais pu percevoir aisément l'amertume de son sourire quand j'avais parlé de celui que je considérais comme un frère . Je savais qu'ils se détestaient, et même si je ne comprenais pas ce qu'ils avaient l'un contre l'autre, je n'étais pas concernée . Je n'avais pas envie de me retrouver au milieu du conflit .
    Je ne m'attardais pas vraiment sur le décor de la chambre, comme à mon habitude j'avais du mal à détacher mes yeux d'Alexander . Tout chez lui semblait recéler une sorte d'intensité et ce qui m'enchantait le plus c'était ce sourire irrésistible que j'avais déjà aperçu mais qui ne me quittait plus depuis que je m'étais décidé à franchir le pas de la porte . J'avais presque peur de bouger, et de mettre ainsi fin à ce moment . Mes yeux se lassaient vite d'habitude, quelques secondes leur suffisaient pour examiner et mémoriser en détails n'importe qui . Pourtant, ils continuaient de s'émerveiller chaque fois qu'ils se posaient sur lui . En fermant la porte, il m'avait semblé qu'Alexander avait complètement modifié l'environnement . Nous étions tous les deux, en privé loin de tout regard, de tout jugement extérieur aux nôtres . Et je me sentais comme liée à lui d'une façon que je ne m'expliquais pas . Tout en lui était fascinant et plus rien autour n'avait l'air d'exister .
    Il commenta avec un rire le sale temps . Son rire . Son sourire . Aussi rassurant qu'attirant . Je m'agrippais à cette sensation qu'il voulait que je sois là, et non qu'il m'avait invité par pure politesse et je répondais timidement à son sourire par le mien, un peu moins large peut être mais tout aussi révélateur . La douceur de sa voix me ravit encore lorsqu'il me demanda si je voulais une serviette pour me sécher . Une fois encore nos yeux s'accrochèrent et un nouveau sourire encore plus appréciable que les précédents illumina son visage . Je fus comme légèrement éblouie un instant . Que m'avait-il demandé au fait ? Ah oui mes cheveux .
    _"Je veux bien..." acceptai-je enfin plus pour éviter que mes cheveux ne s'égouttent trop sur le sol de la chambre que pour mon confort .

    La tension existante s'accentua quand il s'approcha de moi . On aurait dit qu'il s'avançait au ralenti pourtant la courte distance qui nous séparait fut vite parcouru . Il prit ma veste de mes mains et pour la première fois nos peaux entrèrent en contact . Nos doigts s'effleurèrent simplement . Avait-il senti ça aussi ? Cette espèce de décharge qu'il avait provoqué en me touchant, un instant mes yeux se baissèrent sur nos mains puis se relevèrent vers les siens qui semblaient déjà m'attendre . Que m'arrivait-il ? Je ne pensais plus à rien, plus à ce qui avait pollué mon esprit ces dernières semaines, plus à Terrence qui vivait là, à côté de ce que je ressentais en ce moment, la drole d'attraction contre nature que j'avais éprouvé à son contact depuis l'an dernier semblait totalement insignifiante . Ce que je ressentais en ce moment était totalement inédit, incroyablement fort et complètement terrifiant . Mes yeux restèrent aimantés à ceux d'Alex' tandis qu'il s'éloignait et posait ma veste sur le radiateur . Je profitais de ce faible éloignement pour essayer de reprendre mes esprits bien que cela me paraisse impossible .

    Je détournais mes yeux et tachais de les concentrer sur autre chose seulement ils étaient vraiment indisciplinés lorsqu'il s'agissait d'Alexander . Ils refusèrent de s'éloigner du radiateur devant lequel il se tenait, puis glissèrent jusqu'au sol où ils découvrirent un livre abandonné .
    _"Je t'ai dérangé en pleine lecture ?" demandai-je en m'approchant doucement du livre et par conséquent de l'être parfait qui était toujours au même endroit . J'étais curieuse de savoir ce qu'il lisait . Il n'était décidément pas ce qu'on disait de lui, pas toujours dehors à faire la fête jusqu'à pas d'heures . Il avait des passes-temps comme les miens . Pourtant après quelques pas, j'étais de plus en plus proche de lui et mes joues tirèrent le signal d'alarme en s'enflammant de plus belle . Le livre avait moins d'importance tout à coup .

    Ce faible contact avec les doigts d'Alexander qui avait précédé ressemblait à un espèce d'avant goût incroyablement irrésistible . Mes mains rêvaient de toucher ce visage, que mon regard avait si souvent détaillé sans jamais réussir à ne pas s'en émerveiller . J'inspirais profondément puis forçait mes yeux à se reposer sur le livre que j'identifiai vite. Windows on the world . J'adorais Frédéric Beigbeder même si sa littérature était loin des romans qui me faisaient rêver . En tout cas c'était un des rares auteurs contemporains que j'appréciais . Ca ne m'étonnait pas vraiment qu'Alex' lise ce genre de livre .

    Je croisais les bras et serrais mes deux petits poings sur les côtés, mes lèvres formant une moue gênée . Se rendait-il compte de ce qu'il se passait en moi ? Il devait avoir l'habitude que les filles l'apprécient et soient un peu chamboulé par sa présence . Est-ce que toutes les autres éprouvaient la même chose que moi en ce moment ? Impossible . C'était bien trop fort pour être aussi répandu, aucune fille ne serait plus dans leur état normal, j'en aurais entendu parler . J'espèrais tout de même que je réussissais plus ou moins à donner le change, ce serait encore plus dur après s'il savait . Et lui que ressentait-il ? Ce sourire si présent était-il de mon fait ou était-il juste particulièrement de bonne humeur ? Avait-il passé une bonne journée en compagnie de sa petite amie du moment ? Mon visage se ferma, s'attristant à cette idée . Voilà, c'était le début de la fin . Je n'aimais pas le savoir avec une fille . Je risquais de beaucoup souffrir alors . Sauf qu'au moment où mes yeux se relevaient à nouveau vers lui, j'avais l'impression que ça en valait la peine . Qu'il en valait la peine . La confusion que chacun de ses regards provoquaient, empêchait tout raisonnement logique . Il n'y avait pas d'avant, pas d'après, pas de petites amies, juste lui .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeVen 5 Déc - 16:53

Si Alexander n'était pas aussi ravi il aurait été perplexe, Michelle ici dans sa chambre... sans Terrence ? A son plus grand plaisir c'était parfaitement réel, il avait du mal à s'y faire. Ressentait-elle la même chose pour lui ? Ne nous précipitons pas. Michelle était loin d'être comme les autres filles avec qui il sortait. Elle ne réagissait pas de la même manière...Il s'efforçait de la comprendre. Les autres étaient tellement....vaines, faciles. Elle ne cachait même pas ce qu'elle pensait et il n'était pas difficile de deviner où elles voulaient en venir. Michelle était une énigme, il était persuader qu'un jour il serait capable de la comprendre complètement. Comme par exemple le fait qu'elle soit entrée... Il croyait vraiment qu'elle avait une mauvaise estime de lui, s'était-il trompé ?
Il n'irait pas s'en plaindre ! Il ne se lassait pas de la regarder, à chaque fois qu'il la voyait il découvrait une expression différente. Revoir le regard qui avait hanté son esprit lui procurait une douce satisfaction. Bien plus que de la satisfaction en fait, c'était une attraction indéniable, inexplicable, irrépressible. Il était damné voilà tout. Le simple fait d'exprimer cette pensée sembla enlever un poids sur ses épaules : l'acceptation. Elle me rendit mon sourire, Alexander sentit à nouveau une sorte de chaleur irradier en lui. Comment faisait-elle pour produire un tel effet sur lui. Il se sentait délicieusement vulnérable à son charme, chose qui ne s'était jamais produite auparavant. Elle avait un air, timide, gêné qui ne pouvait qu'en accentuer le pouvoir. Alex cessa dès lors de se demander comment cela pouvait se produire et se contenta d'apprécier cette sensation nouvelle.

Alex sentait également cette tension,néanmoins il tentait de ne pas se vautrer dedans. Lors que leur doigts se touchèrent il ressenti comme une décharge. A son souvenir il ne l'avait pas encore touché. Ce contact, doux et léger déclencha les battements plus rapide de son coeur, son regard se languissant dans ses yeux. Leurs regards semblaient se chercher et s'éviter constamment, tels des aimants. Il aurait en pu détailler chaque nuance...Il se força à se ramener à la réalité. Pas tout de suite pensa-t-il. Si il s'était écouté...
Il évita de penser à se contact, cela avait tendance à l'affoler. Mais alors qu'il évitait justement de penser à sa peau, sa chaleur, ses cheveux et ses yeux, ces détails précis semblaient s'accrocher d'autant plus à sa mémoire. C'était plus fort que lui. Tentant en vain d'ignorer ce trouble, il se rendit dans la salle de bain. Chacun de ses mouvements étaient lents et mesurés par rapport à d'habitude, comme si il espérait ralentir le temps pour que ce moment dure plus longtemps. Alors qu'il revenait Michelle avait découvert son livre, abandonné près du radiateur. Il l'avait complètement oublié celui là ! Il lui répondit d'une voix posée :


- Je lisais en effet mais tu ne me déranges pas

Son arrivée ici dépassait ses rêves les plus fous. Comment aurait-elle pu le déranger. Il lui tendit la serviette avec un léger sourire. Il la vit jeter un coup d'oeil à l'ouvrage. Alexander avait lui même appris de source sûre que Michelle aimait les livres. Ca ne l'avait pas étonné, il l'avait bien imaginé comme ça. Il ramassa le livre et le déposa nonchalament sur l'appui de fenêtre.

-C'est pas mal du tout. Un peu insupportable parfois...

En même temps le livre ne traitait pas d'un sujet facile. Il releva les yeux sur Michelle, il était de nouveau près d'elle et ne comptait pas vraiment reculer. Il observa ses cheveux, sa peau, ses yeux...Il aurait voulu tendre la main pour la toucher, ne serait-ce que l'effleurer, l'attirer contre lui et...Il en brûlait d'envie. Il baissa légèrement les yeux, pour essayer de retrouver ses esprits. Il ne voulait pas être encore victime de son impulsivité.
Michelle semblait alors mal à l'aise, son regard se posait partout. Quelque chose la tracassait. Puis quand son regard croisa de nouveau celui d'Alex, il lui sembla voir une sorte de détresse ou de tristesse. S'approchant infimement il lui lança un regard doux et inquiet. Que se passait-il ? Il sentait encore cette attraction faire battre son coeur mais il parvint tout juste à se raisonner, même si chaque fois qu'il plongeait son regard dans le sien, il semblait ne plus répondre de lui. Son regard insista et il articula :


-Michelle, quelque chose ne va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeLun 8 Déc - 19:28

    [Désolée pour le retard encore une panne de serveur =/]

    J'aurais voulu ordonner à mon coeur de se calmer . J'avais l'impression qu'il battait si fort et si vite qu'on pouvait l'entendre à distance . Cette idée bien qu'elle soit irrationnelle ne faisait qu'ajouter à mon embarras . L'atmosphère était chargée d'une drôle d'électricité depuis qu'il avait fermé la porte . Tout ça été tellement particulier, presque irréel et surtout inédit . Lorsqu'il s'éclipsa un instant dans la salle de bain, je ne pensais qu'au moment où il me rejoindrait à nouveau . C'est donc sans grande surprise que mon regard se leva instantanément vers Alex' quand il regagna la pièce avec la serviette en main après un temps qui m'avait semblé court mais beaucoup trop long quand même .

    Alors que je le questionnais sur le livre, il m'assura d'un ton calme que je ne le dérangeais pas . Encore une fois, mes pensées furent partagées : était-ce de la simple politesse ou est-ce qu'il y avait un espoir que ça lui fit plaisir de me voir ? Bêtement, je voulais croire en cette deuxième hypothèse . Il me tendit la serviette avec un léger sourire et je me demandais soudain d'où venait la réputation d'Alexander . Colérique, arrogant c'est ce qui revenait souvent dans les conversations que j'avais pu surprendre . Ceux qui disaient ça ne l'avaient sans doute jamais vu de la façon dont je le voyais en ce moment . Je tendis le bras et attrapais la serviette, évitant de toucher sa peau comme précédemment dans le seul but de préserver encore mes capacités mentales . Je n'imaginas pas ce qu'un autre contact provoquerait en moi, même si je devais avouer que j'étais curieuse .

    D'un geste maladroit, je portais la serviette jusqu'à mes cheveux qui commençaient déjà à sécher à l'air et en frictionnait rapidement les pointes . Tandis qu'Alexander, toujours aussi étonnant de perfection ramassait le livre en un geste qui me faisait me sentir encore plus gauche et ridicule . Il le posa avant de le commenter, le son de sa voix envahissant mes oreilles, mes yeux vrillant sur le mouvement incroyable de ses lèvres le temps d'une seconde . Une autre étrange sensation de chaleur ébranla mon estomac . Je tachais, bien que ce fut impossible, de garder la tête froide sinon il me prendrait sans aucun doute pour une imbécile . Mon visage fit une petite grimace en réagissant à son commentaire, non pas en signe de désaccord mais au contraire pour montrer que je comprenais ce qu'il voulait dire. Le livre traitait d'une tragédie contemporaine encore présente dans l'esprit de tous les Américains que nous étions .
    _"Je vois ce que tu veux dire ..." confirmai-je .

    Intense . Oui c'était sans aucun doute le meilleur mot . Nos regards étaient intenses, aussi créative que soit mon imagination, je ne pouvais pas m'inventer ça . C'était peut être seulement la fascination que créaient ses yeux envers les miens, mais c'était là . Il y avait quelque chose . Nous étions à nouveau près l'un de l'autre, un peu plus près qu'une conversation dans une pièce de cette taille l'éxigeait . Aucun de nous cependant n'aurait osé changer quoique ce soit à cette proximité, enfin aucun ne semblait décidé à y mettre un terme . Ma respiration devenait un peu inégale et j'essayais d'obliger mon cerveau à ne surtout pas se concentrer sur ses magnifiques traits, sur son odeur que je pouvais maintenant vraiment sentir, et surtout pas sur ses yeux dans lesquels je risquais vraiment de me perdre .
    Mais les deux prunelles presque incandescentes ne me lachaient plus et je ne pouvais pas m'en plaindre . Je me sentais un peu fébrile et je fus étonnée, même si ce n'était pas vraiment surprenant connaissant mon visage si ridiculement expressif, lorsqu'il nota que quelque chose n'allait pas . Ses mots résonnèrent un instant dans ma tête tandis que j'avais l'impression qu'il m'hypnotisait presque . Je mis un moment à les comprendre, un autre avant de répondre . Mes sourcils se froncèrent si légèrement qu'on aurait pu ne pas le remarquer et dans un de mes nombreux tics, je mordis à peine ma lèvre inférieure .
    _"Euh ... Non, enfin c'est juste que c'est ... un peu bizarre..." ma voix était fragile, presque tremblante . Je déglutis pour mieux m'exprimer . "Laisse tomber..." dis-je en secouant légèrement la tête sans pour autant décrocher mon regard du sien .

    Je n'allais pas lui dire que la simple idée de le savoir avec une autre fille avait vagabondé dans ma tête et que je n'avais pas su assez bien cacher ce que ça pouvait me faire . Je n'allais pas non plus lui dire, à quel point il était encore mieux, dans tous les sens possibles, que ce que j'aurais pu imaginer . Je le regardais toujours, espérant qu'il ne se méprenne pas encore sur mes paroles comme tout le monde le faisait ces derniers temps . J'avais peur à chaque fois que je faisais quelque chose de mettre un terme à ce moment précieux . Un instant, je me dis que j'étais finalement peut être bel et bien entrain de rêver, un très long rêve, très réel, un merveilleux rêve . Ca paraissait presque plus crédible, sauf qu'un rêve aurait été incapable de provoquer une telle réaction physiologique, j'en étais quasi certaine. Je m'aperçus que ma main hésitante se levait un tout petit peu, projetant de toucher l'adonis qui me faisait face et craignant qu'en le faisant il ne s'évapore en fumée ou quelque chose du genre . Mon corps semblait anticiper sur mes choix, même si il respectait mes volontés . Comment réagirait-il ? J'oubliais qu'il avait sans doute l'habitude de provoquer ce genre de réaction. Ma main s'immobilisa ne parvenant pas à faire le choix décisif . Je ne l'avais toujours pas quitté des yeux . Finalement je la laissais retomber, lâche .
    C'était trop risqué, vu mon état émotionnel de risquer un rejet pur et simple . Le silence s'éternisait, mais nos yeux semblaient en grande discussion . Et ils ne voulaient pas être interrompu.
    Comment en étions-nous arrivé là ? Je repensais à ce cours d'Amphi à ses muscles contractés sous la colère, à son départ précipité . Comment croire à ce moment, quand on savait ce qui avait précédé ? Je n'y aurais d'ailleurs pas cru si je n'étais pas entrain de clairement le vivre . J'expirais longuement, cherchant à retrouver un rythme respiratoire plus ou moins normal . Encore une fois mes yeux vrillèrent vers ses lèvres aux courbes parfaites . Bien joué, voilà que tout était à recommencer niveau contrôle de soi . Comme un aimant, mon corps réduit encore davantage la distance qui nous séparait . Il fallait que mes yeux abandonnent les siens . La voix de ma raison se faisait faible . En un effort surhumain, je baissais alors le regard, gênée bien que je me sentis mieux que jamais auparavant . J'étais terrifiée, mais j'aimais cette sensation . Je me disais que parler arrangerait peut être les choses . Après tout j'avais un milliards de question qui fourmillait dans ma tête .
    _"Pourquoi..." ma voix me semblait presque étrangère, "Pourquoi tu es parti, ce jour là, en cours de biologie ?" ma curiosité me démangeait depuis si longtemps et je voulais vraiment savoir . Savoir ce que j'avais fait de mal . Et puis en me concentrant sur la réponse à cette question j'arrivais à peu près à contenir mon envie de m'approcher encore davantage de lui . J'avais tellement peur que tout ça finisse, j'appréhendais le moment où il me repousserait, le moment où une splendide blonde passerait la porte pour lui souhaiter bonne nuit . Chaque seconde était précieuse .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeMar 9 Déc - 18:45

Alexander se posait beaucoup de question. Quelle fortune avait placé Michelle sur son chemin ? D'abord insidieusement, sans qu'il ne se rende vraiment compte elle l'avait parasité, elle avait réveillé quelque chose de profondément endormi dont il ne se croyait pas capable. Un grosse période d'incertitude qui avait éclipsé tout le reste. Alors que sa vie ne semblait qu'être une suite de répétitions monotones auxquelles il tentait d'échapper, Michelle, avec son mystère, son je-ne-sais-quoi apportait un nouvel élément pour compléter le puzzle. Elle apportait un changement qu'il appréciait. Il avait d'ailleurs assisté à cet évolution aux premières loges. Il avait l'impression d'être quelqu'un d'autre, ou plutôt d'être lui-même, cette personne si étrangère...Sans le savoir elle lui révélait de précieux indices. Ses pensées étaient presque constamment tournées vers elle. Elle balayait ses à-priori, d'un seul regard, elle devenait le centre de son monde. Le savait-elle ? Parfois il avait l'impression qu'il la troublait, mais peut-être se trompait-il. La plupart du temps, il essayait d'occulter ce sentiment, cette attraction, mais à certain moments il ne demandait rien si ce n'était que de pouvoir y succomber.

Il lui tendit la serviette avec un sourire, elle était vraiment trempée. Il enviait terriblement Terrence, lui résistait-elle ? Il préféra ne pas le savoir. Une chose pouvait lui faire garder le sourire, après tout elle était entrée pour lui n'est-ce pas ? Il la regardait discrètement, séchant ses cheveux et elle confirma son propre avis sur ce livre. Il faut dire que les descriptions étaient tellement criantes de vérité qu'elles en étaient insupportables...Néanmoins cela restait un très bon livre...percutant, comme son auteur. Qui aurait peut-être du éviter les passages mégalomanes sur sa vie personnelle.

Comme c'était étrange, cette tension, cette attraction irrésistible mais aussi gênante... Il était impossible pour Alexander de savoir ce qu'elle pouvait bien penser de lui, si elle avait changer d'avis ou bien si elle était juste victime de son charme. Pourtant, quand il plongea ses yeux dans les siens, il lui sembla voir autre chose que l'intérêt creux présent dasn celui de toutes les autres. Il n'émit même pas l'hypothèse qu'il se soit trompé, il voulait y croire. L'instant était fragile, agréable, intense mais Alexander le brisa. Michelle sembla encore plus mal à l'aise qu'auparavant lorsqu'il la questionna sur son malaise. Il vit une expression gênée passer sur son visage et le ton de sa voix le lui confirma. Cependant il décida de ne pas insister, se demandant qui était le centre de ses pensées. Peut-être pensait-elle à Terrence ? Si c'était le cas, il préférait l'ignorer et laisser libre cours à ses fantasmes. Alexander en aurait été terriblement affligé... il se contenta de la regarder, ses pensées chassées par son regard.


-Okay....

A cet instant, Alexander cru apercevoir quelque chose dans le regard de Michelle. Apparemment elle était aussi perdue que lui, son malaise semblait même être plus grand. Ressentait-elle donc cette attraction ? Pendant ce moment de silence, qui ne les gênait plus, il cru percevoir un mouvement de sa part. Non, sans doute l'avait-il rêvé. Maintenant qu'il avait perçu son trouble de manière sincère, il se demandait si il ne rêvait cet instant. Dans ce cas, il ne voulait pas se réveiller, et profiter un peu de son rêve. La proximité ne semblait pas les gêner outre mesure, Alexander était si proche qu'il aurait pu enfin la toucher. Il devrait se mesurer.Alors que l'idée lui effleurait l'esprit de passer à l'acter, de toucher sa peau, juste pour voir sa réaction, elle baissa les yeux et brisa le silence d'une question qui lui parut cassante. Alexander releva légèrement la tête, dans un tel moment il ne s'attendait pas à ça et ce fut à son tour d'éviter son regard.
Cette question il se l'étiat posée aussi, pourquoi une telle réaction ? Il le savait pertinemment mais refusait de l'admettre. Il hésita avant de répondre, il rassembla son courage et osa de nouveau regarder Michelle.


-J'étais...désemparé. Et en colère.
Je ne pouvais pas accepter l'image, véridique, que tu avais de moi.


Après cette déclaration, qu'il estimait trop personnelle, Alexander posa son regard sur la fenêtre un petit moment. Il s'efforça d'éviter le regard de Michelle. Il se souvenait très bien de ce qui s'était passer en lui ce jour là. S'était-elle sentie coupable ? Il n'avait pas la moindre raison de l'être, c'était de sa faute. Ca devait lui arriver tôt ou tard. Il baissa les yeux, toujours sans la regarder et il hésita. Parviendrait-il à l'avouer ? La raison obscure pour laquelle les propos de Michelle lui tenait tant à coeur alors qu'il la connaissait à peine ? Comment exprimer cette sensation de brûlure, soudaine passion douloureuse, avec des mots humains ? Peut-être se compromettrait-il avec cet aveu...Sa réaction avait été vive car il avait été pris au dépourvu. Il refusait d'admettre que ce genre de chose puisse lui arriver.

-Et puis...

Il la regarda, la distance qui s'était mise en place s'évanouit pour laisser place à la même proximité de toute à l'heure. L'expression d'Alexander était grave et sérieuse, cependant les mots refusaient de franchir ses lèvres, il se perdit dans les yeux de Michelle, comme dans un refuge divin et consolateur. Devant cette image parfaite, il ne put s'empêcher de se rapprocher d'elle, cessant de réprimer ses désirs. Il avait l'impression qu'il ressentirait une vive douleur si jamais son regard quittait le sien. Ses yeux s'agitèrent, la proximité, son visage,ses lèvres, ses yeux, sa peau...Il retrouva son calme pour terminer sa phrase

-...Tu as provoqué quelque chose en moi.

Comme leurs yeux ne se quittaient pas, ce fut sa main qui prit l'initiative. Il lui replaca une mèche de cheveux tout en lui effleurant la joue. Ce geste était lent, mesuré. Il craignait l'effrayer et se réveiller si subitement de ce rêve. Mais il lui laissait une échappatoire, si elle partait, il ne la retiendrait pas. Il sentit sa peau,si douce, sous ses doigts furtifs. Aussitôt il comprit son erreur. Le feu qui faisait rage en lui en demandait plus. Plus de contact, il voulait sa chaleur, son contact, une envie plus dévorante que celles qui avait pu connaître auparavant. La confusion des sentiments fit battre son coeur plus vite. Sa main ne pouvait se résigner à la quitter. Il caressa sa joue une nouvelle fois, le contact lui sembla encore plus doux. Il eut l'envie furieuse de l'attirer contre lui, de toucher ses lèvres si douces, si parfaites. Michelle était une tentation à laquelle il avait du mal à résister. Lui en voudrait-elle si il s'accordait un instant d'oubli ? Leurs yeux, comme des aimants se heurtèrent, un regard exprimant le désarroi, l'autre un désir incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeMer 10 Déc - 21:11

    Qui aurait cru que je me retrouvais un jour dans cette situation ? Pas moi, en tout cas . Quiconque m'aurait prédit cette histoire aurait eu sa place dans un asile à mon avis . Et pourtant c'était réel, la chair de poule sur mes avant-bras n'était en aucun cas le fruit de mon imagination . Je crains un instant d'avoir tout brisé, à force de vouloir me contenir, quand je posai ma question, me privant une seconde de son regard, et que je ne le retrouvais pas en relevant les yeux vers lui . Sa tête légèrement plus haute, et je ne pus m'empêcher d'être affligée de voir son visage s'éloigner du mien, ses prunelles évitaient les miennes . Mes sourcils se froncèrent sous le coup de l'inquiétude . Voilà j'allais tout gacher . Gacher quoi ? Comment pouvais-je être déjà si impliquée? J'avais peur de perdre ce que je n'avais pas . Et puis enfin je retrouvais son regard avec encore plus de soulagement que je n'aurais cru . Plus il répondit après un temps d'hésitation .

    Mes traits s'attristèrent quand il dit qu'il s'était senti désemparé et énervé, ce jour là dans l'amphi. La colère, c'était donc ce que j'avais provoqué, mais j'étais intrigué par l'utilisation du mot "désemparé" . Qu'avais-je fait ou dit de si terrible? Mes paroles avaient été si innocentes, je n'avais jamais cherché à le blesser, même si je parvenais vaguement à me rappeler que j'avais la nette impression qu'il se moquait de moi à ce moment là ... Puis il s'expliqua . L'image que j'avais de lui? C'était donc ça qu'il avait bouleversé? Je ne comprenais pas . Je ne pensais pas qu'il puisse avoir un problème avec son image . Tout le monde l'idolâtrait, sauf ceux qui le jalousaient . Je haussais un sourcil interrogateur, le coin de ma bouche se plissant en une moue typiquement mienne quand un élément semblait m'échapper . Véridique . Qu'est-ce que cela signifiait? Je venais tout juste de voir autre chose de lui, et il me disait que ce que c'était cette image la bonne . Pourtant je faisais bien plus confiance à mon instinct qu'à sa perception des choses .
    _"Véridique ? C'est drôle, je commençais justement à penser que j'avais tort ..." J'aurais voulu que mon ton soit plus léger mais ce n'était pas vraiment réussi . Toutefois mon air était encore plus sérieux quand je continuai : "Tu n'es pas celui que tout le monde pense" J'étais sure de moi, même si je savais ce que je venais d'avouer et que dans le cas où il se rendrait compte du trouble qu'il créait en moi, je me rendrais complètement ridicule . Il avait déjà recommencé à fuir mon regard et tant mieux d'un côté, ce que je venais de lui dire serait sans doute sorti moins facilement si ses magnifiques yeux m'avaient embrouillé les idées . Mais quoique j'en dise, j'allais vite être en manque je le savais .

    Ses yeux ne revinrent pas vers moi immédiatement, et il finit par les baisser . Qu'est-ce qui lui traversait l'esprit? Mon inquiétude revint au galop . J'aurais peut être du me taire, encore une fois . Laisser nos yeux se parler . Je l'avais mis mal à l'aise bien que ce ne fut pas mon intention . Gênée, je passais ma main dans mes cheveux qui étaient toujours un peu humides en éloignant mon regard du côté opposé au sien, à mon tour . Je ressentis un violent élan d'espoir en entendant à nouveau sa mélodieuse voix . Seulement, ce son si agréable s'interrompit trop vite alors que je recommençais à fixer son visage . Je récupérais alors son regard, et ce que je pensais avoir gaché se reforma en une seconde . A nouveau je ne respirai plus normalement, tandis qu'il s'approchait de moi . Nous étions encore plus proche que toute à l'heure, je m'aperçus que je relevais à nouveau la tête, sans doute dans un désir de rapprocher mon visage du sien . Ses pupilles s'agitèrent, et les miennes suivirent, puis enfin il termina sa phrase .

    Je ne me rendis même pas compte que ma bouche s'étirait en un sourire . Sa phrase pouvait avoir des milliers de sens, mais je n'étais pas en état de l'interpréter d'une autre manière . Je voulais croire que j'avais provoqué quelque chose en lui comme il avait provoqué quelque chose en moi . Ma raison m'aurait sans doute dit de répondre, mais je crois qu'elle était en veille. Et le geste qui suivit n'arrangea rien . Sa main si parfaite replaça une mèche de mes cheveux derrière mon oreille dans un geste délicat mais agile . Il effleura ma joue et les battements de mon coeur accélérèrent encore . L'étrange sensation de chaleur, précédemment localisé au niveau de mon estomac se répandit dans tout mon corps, tandis que mes yeux restaient toujours plantés dans les siens . Pour la première fois de toute ma vie, j'eus l'impression que je ne pourrais pas me contrôler . Je ne me ferais jamais à la sensation délicieuse de sa peau en contact avec la mienne, à cette espèce de décharge d'électricité qui semblait me parcourir à nouveau bien plus intense que lorsque nos doigts s'étaient effleurés . Mes prières furent éxaucés car sa main ne me quitta pas et il caressa à nouveau ma joue . Involontairement, je fermais un instant les yeux et appréciais simplement le contact. Puis replongeant mon regard dans le sien, ma main, qui n'avait pas trouvé le courage d'accomplir son dessein précédemment, se leva et alla rejoindre le dos de celle qu'Alexander avait posé sur mon visage . D'un geste prudent je la laissais descendre sur son avant-bras, le regard que nous échangions plus intense que jamais, mon rythme cardiaque encore affolé .

    J'aurais sans doute dit quelque chose, mais j'avais momentanément perdu l'usage de la parole . J'avais conscience quelque part d'où me mènerait ce que j'étais entrain de faire, mais en cet instant je ne voulais rien d'autre . Pire, je n'en voulais que plus . Alors que ma main droite était toujours posée sur le bras de mon miracle personnel, l'autre, curieuse, ne put s'empêcher de se satisfaire et s'approcha du visage d'Alex . Mes doigts effleurèrent le bas de son visage jouant une seconde près de son menton . Puis, ils se décidèrent à explorer le contour de ses lèvres que je m'interdisais de regarder d'ordinaire . Craignant sa réaction, cependant, je ne m'attardais pas et ma main gauche retomba rapidement, le bout de mes doigts me brulaient presque . Je jouais avec le feu, rien d'anormal donc. Je tentais de retrouver une respiration correcte, histoire de ne pas tourner ridiculement de l'oeil . Mon tic de retour, je mordis très légèrement ma lèvre inférieure symptôme d'un sentiment de frustration qui m'était inconnu, geste qui n'avait chez moi rien d'aguicheur et qui était presque discret . Je voulais que le temps s'arrête . Je ne voulais même pas penser au fait qu'il faudrait que je quitte un jour cette pièce .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeVen 12 Déc - 20:07

D'une certaine façon, il se sentait libéré d'un poids en avouant ces pensées. Il espérait de tout coeur qu'elle le croit, il ne jouait pas. Il était sincère, aussi étrange que cela aurait pu paraître aux yeux de ceux qui pensaient le connaître. Cette tension, cette attraction devenait de plus en plus forte, et à chaque fois que la distance s'amenuisait, ils semblaient irrésistiblement attiré l'un par l'autre, comme des aimants. C'était plutôt nouveau pour Alex, cette sincérité, les battements désordonnés et accélérés, le sentiment d'urgence... Quelque chose d'important pour lui se jouait, il en était persuadé. A chaque qu'il sentait son regard sur lui, il percevait cette intense chaleur...Ses iris mystérieux reflétaient quelque chose de plus beau que tout ce qu'il avait pu voir auparavant. Il venait de révéler ce qu'il n'aurait jamais révélé à personne, il se sentait délicieusement vulnérable. Néanmoins il savait qu'il n'avait rien à craindre. Bizarrement il avait confiance en elle : elle était différente. Il avait tellement regretté sa réaction ce jour là dans l'amphi, mais elle avait créer une telle tempête en lui... c'était devenu insoutenable depuis. Comme un fantôme qui vous poursuit, symbole de ce qui vous avez perdu. Mais elle était là, bien réelle !
Sa présence était d'un doux réconfort, peut-être que tout n'était pas encore perdu ? Il esperait pouvoir effacer ce moment et en vivre d'autres, avoir une autre chance.
En effet Alexander Shivers était adulé et détesté. Il faisait le type qui s'en fichait, qui en profitait toujours. Mais était-ce bien lui ? Plus les jours passaient pour son visage, son rictus lui devenait étranger. Il manquait terriblement d'authenticité.

Michelle répliqua qu'elle pensait avoir tort... "Tu n'es pas celui que tout le monde pense". Avait-elle raison ? Etait-elle capable de voir plus clairement en lui que lui-même ? Il voulait que ce soit vrai. Elle ne pouvait pas deviner l'élan de gratitude qu'il éprouvait pour elle à ce moment précis. Il voulait y croire, croire qu'elle ne se trompait pas. Elle avait annoncé cela comme un fait, ou bien peut-être était-ce juste ce qu'elle voulait croire... Quoiqu'il en soit, Alexander releva les yeux surpris vers elle. Des mots si importants...était-elle sincère ? Il supposa que oui et replongea dans ses iris avec un regard aussi tendre que son sourire. Comme un merci implicite. Non, quand elle le regardait comme ca, il oubliait tout. Il se réapropriait son identité. Son trouble était grand, mais pas autant que la tendresse qu'il ressentait pour elle. Il s'approcha plus près d'elle et lui carressa la joue. Il murmura sans la quitter des yeux :


-C'est vraiment ce que tu penses ?

Il avait du mal à en croire ses oreilles. Elle releva les yeux vers lui et elle n'eut pas besoin de prononcer un seul mot. Il l'avait dans ses yeux : la sincérité. Sa peau était si douce que ses doigts ne pouvaient s'en passer. Ses yeux le brulaient de l'intérieur. Il s'enflammait et il acceptait sans rechigner d'être réduit en cendre par son regard. Il occulta complètement le lieu, le pourquoi, les bruits de la pluie battante. Il n'y avait plus que Michelle et lui, pris dans la tempête. Elle posa sa main fraîche sur son avant-bras, il en ressentit une sorte d'agréable frisson. Il entendit sa respiration inégale, quant à Alexander il faisait de son mieux pour que les battements de son coeur ralentissent. Cela semblait impossible et tant pis. L'autre main de Michelle s'éleva et comme au ralentin vint caresser le bas de son visage, puis ses lèvres. Alexander du faire un effort surhumain pour ne pas craquer à ce moment là, pourtant il sentait que le point de rupture était très proche et qu'il se laisserait sans doute entraîner, ou bien le provoquerait. Chaque centimètres de sa peau semblait prendre vie sous ses doigts, si doux, si innocents. Elle attisait le feu qui brûlait en lui, des pensées tourbillonnaient dans son cerveau mais il était incapable de les analyser. Elle effacait tout le reste avec une facilité déconcertante. Bien trop tôt sa main retomba. Il ne demandait rien d'autre que la toucher encore et encore, sans fin, de sentir sa chaleur et de se consumer avec elle, sous son propre effet. Elle se mordilla la lèvre, tic qu'Alexander avait déjà eu l'occasion d'observer. Tout en lui lançant un regard brûlant, sa main alla chercher celle de Michelle, l'effleura, la caressa et lia ses doigts aux siens.
A ce moment précis, quand il sentit les doigts de Michelle se refermer sur les siens, il fut incapable de garder son sang-froid. Leurs visages s'approchèrent et Alexander ferma les yeux au moment précis ou ses lèvres rencontrèrent celle de Michelle pour un doux baiser.
Alex plaidait coupable, il avait cédé à la tentation et à vrai dire ca n'avait plus d'importance, plus rien n'en avait si ce n'était prolonger cet instant divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeDim 14 Déc - 16:33

    Jamais je ne pourrais m'habituer, encore moins me lasser du contact de sa peau avec la mienne, de la douceur de son regard fascinant cloué au mien . Quand à mon tour je m'étais laissé aller à lui dire ce que je je pensais de lui, de la certitude que j'avais en cet instant, j'avais eu l'impression que son malaise s'était atténué . Etais-je donc la seule à qui il montrait cette facette de lui? Je ne saurais le dire, peut-être n'avais-je jusqu'à ce jour pas su bien observé . Sa main caressait ma joue dans un geste évident, complètement naturel comme si ma joue avait été faite pour accueillir sa main . Chaque centimètre de ma peau qu'il touchait irradiaient d'une chaleur indescriptible comme si je m'étais brûlé mais que je n'en ressentais pas encore la douleur . Et je ne pourrais jamais en ressentir, c'était bien trop agréable.

    Ses yeux toujours fixés sur moi, il me demanda confirmation . Evidemment, je ne disais jamais des choses que je ne pensais pas. Mais il ne me connaissait pas tant que ça après tout .
    Toutefois, je n'eus pas besoin de mots pour lui faire comprendre que j'étais sure de moi, il semblait que nos yeux étaient bien plus doués pour la communication que nous l'étions, comme c'était le cas depuis la première seconde où ils s'étaient croisés . Il lut ce qu'il attendait et je lus qu'il m'avait comprise. C'était donc ça . Ce sentiment indescriptible que tant de livres avaient voulu m'expliquer . Certaines passions étaient restés un mystère pour moi jusqu'à aujourd'hui . Je comprenais maintenant pourquoi Romeo & Juliette avaient sacrifiés leur vie l'un pour l'autre, dans une volonté désespérée d'être ensemble . Je comprenais.

    Mes doigts avaient enfin eu le courage de toucher son visage. Je crus qu'ils auraient été satisfaits de ce bref contact, tellement il semblait que j'ai désiré ce geste pendant longtemps avant de me l'autoriser . Seulement, ils étaient loin d'un état de satiété, à peine retombée, ma main ne demandait qu'à continuer son délicieux périple . Je décelais dans le regard d'Alexander quelque chose d'incroyablement intense, vitrine de ce qu'il devait sans aucun doute ressentir mais que je ne savais pas identifié . Moi, je n'étais plus en état de savoir ce que je ressentais, consumée par chaque élément qui composaient l'être parfait face à moi . Je baissais un instant les yeux sur sa main qui allait chercher la mienne . J'entremêlais mes doigts avec les siens suivant son geste délicat et électrique .

    Je crois que c'est au moment où je relevais les yeux vers les siens que ça commença . Je dis "ça" parce que aucun des mots, que j'ai lu n'est capable de correctement décrire les sentiments qui se bousculèrent en moi à partir de là . Le visage d'Alex s'approchait du mien tandis que le mien tel un aimant était irrémédiablement attiré vers lui . La distance se fit de plus en plus infime, je ne respirais plus du tout à mon avis . Nos regards n'osèrent se quitter que lorsque nos lèvres, elles, se rencontraient enfin . Je fermais les yeux, incapable de réagir autrement face à la sensation étrange qui me parcourut l'échine, alors que la sensation de chaleur dans mon estomac semblait devenir une sorte de feu d'artifice . Mes lèvres se firent d'abord timides contre les siennes, mais pas maladroite à ma grande surprise, face à cette expérience inédite. Mon cerveau s'il avait encore était capable de m'envoyer un quelconque message, aurait sans doute craint ma supposée inhabileté à embrasser, puisque c'était une première . Seulement, mes lèvres réagirent ensuite de manière totalement naturelles face au baiser doux d'Alexander . Comme si elles avaient enfin obtenu ce qu'elles attendaient depuis longtemps sans savoir que c'était ce qu'elles voulaient .

    Ma réaction à ce baiser fut pour le moins surprenante même pour moi. Mes lèvres se firent légèrement plus pressantes, en réclamant toujours plus . Mes mains abandonnèrent leurs anciens postes pour aller se placer sur les épaules puis dans la nuque d'Alex . Mon visage se souda au sien tandis qu'une de mes mains fourrageait dans ses cheveux . Je désirais ardemment que ce moment dure le plus longtemps possible . Nos respirations se firent sensiblement plus bruyantes, mon corps irradiant complètement de cette chaleur incroyable . Ma raison, ma timidité, ma réserve semblaient être un lointain souvenir . Toute la tension accumulée était entrain d'imploser .

    Je ne saurais dire combien de temps cet instant incroyable dura et vous pensez bien que je n'en avais pas grand chose à faire . J'aurais aimé qu'il ne s'arrête jamais et j'avais perdu toute notion du temps ou de quoique soit d'autre . Sur l'univers entier il n'y avait plus que lui et moi qui comptions . Tout ce que j'avais toujours cru savoir à propos de l'amour, du désir, de la passion avait été terrassé par ce baiser . La littérature et le cinéma, aussi doués soient-ils, semblaient ne m'avoir fait ressentir que des choses très loin du compte . J'étais vaincue et je pouvais enfin accepter : j'étais inconditionnellement amoureuse d'Alexander Shivers .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Alexander Shivers
Elève Acidu
Alexander Shivers

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 32
# LABO : # 4
Résidence et Ch : Einstein - # CH 1-C²
Date d'inscription : 03/11/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: se déplace plus vite que la lumière !
Année: 3 ème

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeMar 16 Déc - 12:48

Tout s'était enchaîné, presque naturellement, Alexander n'avait pas la moindre envie que cela s'arrête. Ce moment était précieux, comme si tous les deux avaient laissé tomber ce masque qui les empêchait de se regarder. Chaque regard lui donnait l'impression de se rapprocher d'elle jusqu'à trouver le courage, ou la faiblesse de la toucher. Sa peau était si douce, il était à peine conscient de ce qu'il faisait. C'était naturel, comme si c'était ce qu'il avait toujours voulu depuis la première fois. Elle lui donnait des frissons de plaisir, la manière dont elle le regardait... Tout ça, Alexander l'avait déjà vu, mais pas avec cette tension, pas avec cette intensité qui la rendait inédite, mystérieuse. Il ne pouvait pas plus supporter ce que son coeur lui criait, ce qu'il réprimait comme un animal dangereux. Elle semblait partager son opinion. Ils n'avaient plus besoin de parler, leurs yeux communiquaient bien mieux et de manière plus sincère. Alexander n'avait jamais senti cette sensation auparavant, ce manque de contrôle. Elle occupait toute la place dans son esprit, rien d'autre n'existait si ce n'était elle son regard, ses lèvres, son être tout entier. Lui-même s'évanouissait comme si il n'avait jamais existé.

Il avait rêvé de ce moment, de celui ou ses lèvres pourraient enfin toucher les siennes. Il avait été très loin du compte... ca n'avait rien de comparable avait ce qu'il avait pu faire avant. Ce baiser était sincère, tendre, passionné...Elle produisait sur lui une attraction irrésistible, comment aurait-ce pu se passer autrement ? C'était une révélation. Il comprenait enfin ce qu'il avait feint de ressentir pendant des années ou bien ce qui n'était qu'une pâle imitation. C'était sa vraie première fois. Elle était là, la fontaine de flammes, profondément ancrée dans sa poitrine qui le consumait de l'intérieur. Alexander savait à présent, que son trouble était le même que le sien, qu'en fin de compte ils n'étaient pas si différents. Il le sentait. Elle éclipsait tout le reste...Chaque infime détail en elle le condamnait à ceci...La tension qui avait précédé le baiser était électrique, intolérable, comme si son coeur l'avait réclamé à grands-cris, il avait craint qu'elle ne l'ai entendu. Il avait vraiment été con d'avoir pu se tromper autant, à ce point. Il s'était complètement gouré. En réalité il ne savait rien des sentiments, il apprenait avec elle et elle seule comptait. Son coeur partit dans une course folle qu'il ne tentait même pas de stopper, elle faisait battre son coeur...littéralement.

Tous comme leurs yeux, leurs lèvres se heurtèrent, en demandant toujours plus. Encore et encore il ne pouvait pas s'en lasser. A chaque contact il sentait cette chaleur, ou ce frisson ? L'irradier tout entier. Alexander sentit ses mains toucher ses épaules, puis sa nuque et enfin ses cheveux. Son contact le brulait et tout ce qu'il demandait c'était d'être réduit en cendre, rien de plus. Chaque contact provoquait une fusion interne, un plaisir inégalé. Sa respiration devint plus forte. Il l'enlaça par la taille et l'attira doucement contre lui. C'était tout ce qu'il exigeait, ne serait-ce que mourir quelque secondes dans ses bras., sentir son odeur, sa peau...Cette expérience était bien plus intense que tout ce qu'il avait vécu. Elle était devenue son héroïne. Etait-ce cela aimer ? Encore une fois elle lui apprenait ce qu'il avait pâlement imité. Comment avait-il pu être aussi aveugle ? En ce moment il ne pouvait pas imaginer la douleur qu'il ressentirait si elle quittait ses bras. Non, il préférait ne pas y penser, c'était impossible. Ses baisers se firent plus doux, plus tendre, comme si il voulait ralentir la cadence pour profiter de cet instant digne de ses fantasmes. Leurs lèvres se quittèrent, pour reprendre leur respiration. Mais on ne quitte pas si facilement une drogue aussi puissante. Leurs visages ne firent que s'approcher et les yeux mi-clos, leurs nez se frôlèrent puis leurs lèvres et il lui fut incapable de s'arrête comme cela lui coutait énormément. Il comprenait enfin ce qu'il lui arrivait et il était consentent. Il dégagea ses cheveux d'un geste, lui embrassa le cou, remonta jusqu'à sa machoîre pour atteindre ses lèvres. Il se sentait incapable de se détacher d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michelle Thann
Fanatique des Sciences
Michelle Thann

Féminin Nombre de messages : 338
Age : 28
# LABO : #1
Résidence et Ch : Franklin - # CH 1-C
Date d'inscription : 29/10/2008

Dossier Scientifique
Relations:
Capacités: Sens de la vue surdéveloppé
Année: 2e

Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitimeMer 17 Déc - 23:10

    Si j'avais une peur c'est que tout ça s'arrête. Je ressentais comme le besoin vital de ne plus jamais m'éloigner d'Alexander. Ses bras entourèrent ma taille et j'accompagnais son geste; mon corps d'ors et déjà attiré, se laissa faire quand il me ramena contre lui. J'étais électrisée de la tête aux pieds. Ressentait-il aussi ça de manière aussi intense ou était-ce seulement moi? C'était si fort. Incroyable. Je sentis son baiser se faire plus tendre, plus lent aussi, et mes lèvres répondirent de la même manière. Je constatais qu'ainsi je profitais d'autant plus de l'instant. Ma fougue m'empêchait de prendre mon temps.
    Je regrettais réellement d'avoir besoin d'oxygène, mais dans un geste lent nos bouches trouvèrent, je ne sais où, le courage de se quitter. Elles ne s'éloignèrent pas beaucoup cependant, je ne pense pas que j'aurais été capable de le permettre de toute façon. Nos visages restèrent si proches, j'en profitais pour rouvrir les yeux et me ravir encore une fois de la contemplation de son visage. Ma respiration que j'avais si longtemps contrariée, était un peu embarrassante parce qu'un peu plus bruyante que la normale. Je crois que j'aurais voulu lui poser un milliers de questions, mais je n'étais pas sure de pouvoir parler, de pouvoir maîtriser ma voix. J'avais aussi peur de gacher tout ce qui rendait ce moment si spécial. Irrémédiablement, nos visages se rapprochèrent de nouveau, nos nez se frolèrent, la proximité de nos lèvres était beaucoup trop tentante, celles-ci s'effleurèrent à nouveau, et la sensation que j'éprouvais était au moins aussi puissante que la première fois.

    Encore une fois je fus impressionnée par l'agilité et la délicatesse de son geste quand il dégagea mes cheveux de mon cou. Mon coeur recommença à s'accélérer quand je sentis ses lèvres allaient s'y loger, un nouveau frisson me parcourut tandis que ses baisers remontaient lentement pour regagner à nouveau mes lèvres. Mes yeux venaient de se poser sur la fenêtre. Il faisait nuit noire dehors, il devait vraiment être très tard. Mais je ne voulais rien savoir. Mes yeux se refermèrent et j'embrassais à nouveau le dieu vivant qui était avec moi tant qu'on m'en donnait l'occasion. Il était tellement impensable que tout ça puisse être vrai. Que je sois réellement avec lui. Comme j'aurais voulu pouvoir lire les pensées, que ressentait-il? J'aurais du avoir peur de n'être qu'une de ses conquêtes de passage pourtant je n'avais pas vraiment ce profil. Il pouvait avoir n'importe quelle fille alors pourquoi moi? Non ça n'avait vraiment pas de sens, mais à cet instant je m'en fichais, je n'avais pas peur, je me sentais trop heureuse .

    Une nouvelle fois nous dûmes détacher nos lèvres, à cause de ce ridicule besoin de respirer . Je me rendis compte que mes bras entouraient maintenant sa nuque dans un désir de coller encore plus mon corps au sien, un peu génée je desserrais légèrement mon étreinte sans pour autant avoir la force de vraiment mettre une quelconque distance notable entre nous. Mes yeux remontèrent vers les siens, nos visages toujours dangereusement proche. J'espèrais que mes yeux ne trahissaient pas outre mesure mon émerveillement. Pourtant c'était exactement ce que je ressentais. Pendant un instant, je le regardais simplement, reprenant ma respiration de façon discrète. C'était vrai, c'était lui. Je ne pouvais réprimer un petit sourire en coin. Je commençais à avoir peur pourtant. Mais l'allégresse due au baiser réussissait à l'éclipser pour l'instant. Je me décidais à rompre le silence et laissais aller ma curiosité :
    _"Est-ce que...c'est toujours comme ça?"Ma voix ne cachait pas ma curiosité. J'avais du mal à croire que toutes les filles qu'il avait embrassé avait ressenti la même chose que moi, ça me paraissait si extraordinaire, que c'en était presque inconcevable. Je me sentais presque idiote de poser cette question après coup et je baissais les yeux. Je ne pouvais pas me résoudre à m'éloigner de lui. Je fronçais les sourcils alors que mon cerveau cherchait à s'échapper de son euphorie .

    Je relevais les yeux vers la droite et apercevait l'heure sur le cadran digital du réveil sur la table de nuit. Oh non, si tard. Encore plus que ce que j'aurais cru. J'aurais voulu faire comme si de rien était mais mon sourire en prit un coup. Je ne voulais pas le quitter, je ne voulais pas m'en aller. D'ailleurs la plupart du temps, passé 23h j'évitais de sortir, on m'avait souvent dit que je n'avais rien à craindre, mais avec ma chance légendaire je craignais toujours de ce qui pourrait m'arriver . Finalement je relevais les yeux vers lui, et resserrais légèrement la prise de mes mains sur sa nuque, comme si je voulais m'accrocher à lui. Je savais que j'étais ingrate, je ne savais pas me satisfaire du temps qu'on avait eu, je devrais sans doute être reconnaissante qu'aucun des colocataires d'Alex n'aient fait irruption dans la chambre sans prévenir. Je cherchais une raison valable de quitter ses bras, aucune ne faisait le poids malheureusement. Je savais pourtant que j'avais des choses à craindre, comme par exemple que les minutes magiques qui venaient de s'écouler étaient les premières et les dernières auxquelles j'aurais droit. Non, je ne voulais pas, je ne voulais pas qu'il me laisse, qu'il en retrouve une autre. J'étais au fond de moi terrifié à l'idée qu'il m'abandonne, j'avais tellement l'impression que c'était bien trop beau pour être vrai, qu'il était bien trop exceptionnel pour moi. Mes sourcils se froncèrent en réponse à ses pensées un peu moins légères. Pourtant chaque fois que mes yeux se posaient sur le visage d'ange, je ne pouvais croire que mes craintes étaient fondés . Ma main droite se détendit et alla délicatement se placer sur sa mâchoire. Il avait beau être trop magnifique pour être vrai, ma main attestait de sa réalité et j'étais soulagée pendant un instant .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winterbella.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




Behind the door [ Michelle ] Empty
MessageSujet: Re: Behind the door [ Michelle ]   Behind the door [ Michelle ] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Behind the door [ Michelle ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine
» Marie-Michelle Duvivier Pierre-Louis chwazi premye minis presanti
» Layla & Michelle McCool Vs Maryse & Velvet Sky
» Maryse vs AJ vs Michelle McCool vs Sable vs Velvet vs Angelina Love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Little Scientist :: U N I V E R S I T Y CITY :: Résidence Einstein :: # Ch 1-C²-
Sauter vers: